Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : En cuisine, c'est tout !
  • En cuisine, c'est tout !
  • : Un blog de recettes de cuisine pour tous les jours!
  • Contact

Partenaires

Rechercher

Blog Widget by LinkWithin

Archives

A la une!

Affiche-SBC5-HD.jpg

 

Le 5ème salon du blog culinaire se tiendra le 3ème weekend de novembre à Soissons. Cette année encore, j'y serai!

14 novembre 2009 6 14 /11 /novembre /2009 10:08

Je n'ai pas proposé de recettes de pain depuis une éternité sur ce blog. Il est aussi vrai que je n'ai pas sorti ma machine à pain depuis un bon moment. Mais mon pot de graines de tournesols ne descendant pas bien vite, j'ai eu envie de les ajouter à une farine aux céréales pour apporter un peu plus de croquant à mon pain. J'ai beaucoup aimé retrouver ces graines dans la mie du pain.
J'ai cuit le pain au four, une belle croûte épaise et craquante s'est formée, c'était vraiment bon.



Pain aux céréales et graines de tournesol
Pour 1 pain d'environ 750g
   250ml d'eau
   100ml de lait
   250g de farine blanche
   250g de farine aux céréales
   100g de graines de tournesol
   1 sachet de levure de boulangerie
   1 1/2 cuillère à café de sel

Mettez tous les ingrédients dans la cuve de la machine à pain, dans l'ordre indiqué par le constructeur.
Lancez le programme pâte seule.
A la fin du programme, sortez le pâton, formez une boule et déposez-la sur une plaque de cuisson recouverte de papier sulfurisé. Entaillez la boule avec une lame, couvrez d'un torchon propore et laissez lever pendant encore une heure.
Préchauffez le four à 210°C.
Enfournez la plaque de cuisson, versez un verre d'eau sur la sole du four et laissez cuire 25 minutes.
Repost 0
Published by encuisinectout - dans Pains et brioches
commenter cet article
12 novembre 2009 4 12 /11 /novembre /2009 07:00
Voici la recap du fruit vedette.
Je n'ai malheureusement pas eu beaucoup de recettes, si vous en avez d'autres à proposer, n'hésitez pas à me les soumettre, je les rajouterai.

Repost 0
Published by encuisinectout - dans Jeux et recaps
commenter cet article
9 novembre 2009 1 09 /11 /novembre /2009 22:09


J'ai vu cette semaine chez Pascale une jolie histoire de soupes. Dans son article, Pascale expliquait que la soupe est l'un des seuls plats qui réunit toute la famille et permet de faire manger des légumes à tous.
Je trouve les mêmes vertus à la soupe: j'y cache les légumes pour les récalcitrants, j'en fais un plat complet pour les petits mangeurs, et un plat sain pour toute la famille.
Comme chez Pascale, mes soupes varient au gré de ce qu'il y a dans mon panier de légumes bio. Parfois, c'est une grande marmite de soupe "foure-tout" avec tous les légumes, parfois une soupe avec un ingrédient particulier.
Celle-là, je l'ai aimée pour la chaleur des épices, la douceur de la patate douce et du lait, le velouté du potimarron et le sucré du miel, presque comme un dessert.

Et comme cette semaine, il y a des panais dans mon panier de légumes, je vais probablement me laisser tenter par la soupe de Pascale aux panais, lentilles corail et curry, car ce sont des saveurs qui me plaisent vraiment


Velouté de potimarron aux patates douces et aux épices
Pour 4 personnes
    1 potimarron
    300g patates douces
    1 oignon
    2 cuillères à soupe d'huile d'olive
    Bouillon de poule
    2 cuillères à soupe de miel
    2 cuillères à café de 4 épices
    Lait ou crème liquide

Coupez le potimarron, ôtez les pépins et pelez-le. Coupez-le en gros cubes.
Pelez les patates douces et coupez-les en cubes.
Pelez et émincez l'oignon.
Faites chauffer l'huile d'olive dans une grande casserole et faites revenir les oignons à feu moyen. Ajoutez alors les cubes de potimarrons et de patates douces. Ajoutez le miel, les épices et faites revenir pendant 5 minutes en remuant.
Versez le bouillon de poule à hauteur et laissez frémir pendant 25 minutes sans couvrir.
Versez le contenu de la casserole dans le bol d'un blender ou d'un mixer et mixez jusqu'à obtenir une consistance bien lisse. Pour obtenir une texture plus souple, délayez avec du lait ou de la crème liquide et servez bien chaud.
Repost 0
Published by encuisinectout - dans Soupes
commenter cet article
9 novembre 2009 1 09 /11 /novembre /2009 07:25
Aujourd'hui, c'est un billet un peu particulier. Pas de cuisine, mais des souvenirs. Parce que le 9 novembre 1989 est un jour qui m'a particulièrement marquée.

En 1989, j'avais 12 ans. A 12 ans, on ne se passionne pas vraiment pour l'actualité, on ne mesure pas toujours l'importance de ce qu'il se passe. Mais ce jour là, j'ai compris à quel point cet évènement était marquant.

En novembre 1989, j'étais en classe de 4ème, dans un collège franco-allemand.

Mon mur de Berlin ne se résume cependant pas au 9 novembre 1989.

En novembre 1988, j'étais allée à Berlin, en voyage organisé par le collège. Nous avions pris un train jusqu'à Strasbourg, puis un train militaire de nuit, pour rejoindre Berlin. 20h de voyage!  Je me souviens que nous n'avions pas beaucoup dormi dans ce train, trop excités à l'idée de traverser l'Allemagne de l'est, de voir "l'autre côté", depuis la fenêtre de notre train. Nous n'osions pas lever les rideaux des fenêtres du train, nous les avions donc entre-ouvert et regardions par une petite fente de quelques centimètres pour essayer de voler quelques moments à ce pays si mystérieux! Je me souviens que le train a passé un long moment en gare de Magdebourg, où des militaires faisait les cent pas sur le quai de la gare par ailleurs désert à 4 heures du matin. Nous n'avions pas vu grand chose de l'Allemagne de l'est, mais nous étions fiers de l'avoir traversée!
A Berlin, j'ai été accueillie dans une famille adorable, j'ai découvert un mode de vie différent. Et j'ai vu ce mur, cette frontière au sein de la ville qui la coupait en deux de façon absurde. Les rues, les boulevards, les metros, les lignes de bus, tout avait été coupé par ce mur. De l'autre côté, on voyait des immeubles dont les fenêtres donnaient juste sur le mur, on imaginait ces gens qui autrefois amis, familles, voisins se retrouvaient séparés par l'absurdité. Du coté où nous étions, le mur avait été peint, coloré, "embelli". Mais je l'imaginais bien gris de l'autre côté.



Le 10 Novembre 1989, mon père nous a réveillé plus tôt que d'habitude mon frère et moi, en nous disant de nous dépêcher de nous habiller pour aller écouter la radio. Au collège, le cours d'allemand a été consacré au mur, à sa chute, aux anecdotes. Le soir, nous avons regardé les informations, les gens attendant de pouvoir passer les frontières désormais ouvertes, la confusion du début, la fête toute la nuit dans Berlin, les sourires sur les visages, les berlinois debout sur le mur devant la porte de Brandebourg. Ces images très fortes, je ne les ai pas oubliées. Et j'imaginais la joie dans la famille de ma correspondante, qui comme toutes les familles berlinoises avait des amis et de la famille de l'autre côté.



En avril 1991, je suis retournée à Berlin, toujours chez ma correspondante, en avion cette fois. Et là, nous avons pu voir l'"est", la ville réunie, mais portant encore la trace du mur: des pans de mur étaient encore là, plus dans le centre, mais sur les extérieurs de la ville, le no mans land n'avait cependant pas été effacé. Nous avons pu sortir de Berlin, visiter les alentours. Je me souviens des "autoroutes" très désagréables et non asphaltées, des Trabant dont on disait qu'elles étaient fabriquées en cartons.

Je suis retournée une troisième fois à Berlin en décembre 1993. Le mur n'était plus physiquement là, mais laissait encore une entaille non comblée dans la ville.

Depuis la dernière fois où je suis allée à Berlin, la ville a beaucoup changé. Elle est redevenue la plus grande ville et la capitale de l'Allemagne, de nouveaux quartiers sont nés, là où le mur se dressait autrefois. Le mur semble avoir été effacé de la ville, quelques traces commémoratives subsistent cependant: marquage au sol, pans de mur, miradors, mais aussi de grands espaces sur le nomansland. Mais le mur est encore présent dans les pensées de tous ceux qui ont vécu sa chute il y a 20 ans.



Un jour, je retournerai à Berlin, sans reconnaître cette ville si particulière que j'avais vue pour la première fois en 1988.
J'ai gardé contact avec ma correspondante, Kaja. Elle vit maintenant à Meissen, et a une petite fille de 16 mois, nous nous sommes revues il y a quelques années, et nous nous écrivons encore.

Les photos qui illustrent ce texte sont libres de droit et proviennent de Wikipedia
Repost 0
Published by encuisinectout - dans Blabla en tout genre
commenter cet article
8 novembre 2009 7 08 /11 /novembre /2009 21:07
Cette semaine, mon Happy Sunday pour Poppoyroses nous transporte au pays du gouter qui dure un peu, et qui remplit une soirée chaleureuse, où les enfants jouent ensemble, où les grands passent un bon moment à dessiner, rire; jouer aux cartes....
Le gouter s'est donc poursuivi en fin d'après-midi bien agréable, où le temps est pasé très vite, puis en dîner tous ensemble avant de rentrer coucher les enfants!
Et comme je sais que Céline lira ce billet, encore merci pour cet excellent moment passé avec vous, des dimanches après-midi comme celui-là, on en refait quand vous voulez!
Et puis je n peux pas oublier de faire un grand bravo aux deux dessinateurs qui ont vraiment asuré en nous faisant bien rire!

Repost 0
Published by encuisinectout - dans Happy Sunday Evening
commenter cet article
7 novembre 2009 6 07 /11 /novembre /2009 13:00



Dans mon colis Regent's Park, il y avait un paquet de scones.
Les scones, c'est excellent coupé en deux, toasté, beurré et avec un peu de confiture. Rien de tel pour accompagner le thé! J'ai dégusté d'excellents scones à Paris, chez Mariage Frères, servis avec des gelées au thé. Comme j'adore ça, j'ai essayé de refaire des scones chez moi, mais pour le moment les recettes que j'ai pu trouver ne m'ont pas donné entière satisfaction.
Par contre, Regent's park propose de scones aux raisins sec qui sont excellents, et m'ont rappelé de bons souvenirs.
Mais au lieu de les servir coupés en deux avec de la marmelade, je les ai proposés garnis d'une chantilly à la cannelle, en accompagnement d'une compotée de pommes et de poires épicée.



Compotée pommes poires épicée, scones et chantilly à la cannelle
Pour 4 personnes
   4 scones Sultana Regent's Park
   3 pommes acidulées
   3 poires
   50g de raisins secs
   1 orange
   1 cuillère à café de cannelle en poudre
   1 cuillère à café de vanille en poudre

   25 cl de crème liquide entière froide
   40g de sucre en poudre
   2 cuillères à café de cannelle en poudre

Diluez le sucre en poudre dans la crème liquide. Mélangez bien. Ajoutez deux cuillères à café de cannelle.
Filtres et versez dans un siphon. Fermez bien le siphon, retournez-les et percutez une cartouche de gaz. Agitez vigoureusement et mettez le siphon au réfrigérateur en position couchée.
Pelez les pommes et les poires et coupez-les en dés. Pressez l'orange.
Faites cuire les pommes, les poires et les raisins secs avec le jus d'orange pendant une vingtaine de minutes, jusqu'à ce que les fruits soient cuits. Ajoutez alors une cuillère à café de cannelle.
Laissez refroidir complètement.

Au moment de servir, coupez les scones en deux et toastez-les légèrement.
Dressez dans chaque assiette une portion de compotée de fruits, et un demi scone. Agitez de nouveau le siphon, garnissez le demi-scone de chantilly à la cannelle, puis déposez l'autre moitié du scone à coté.
Servez aussitôt.

Repost 0
Published by encuisinectout - dans Les desserts
commenter cet article
6 novembre 2009 5 06 /11 /novembre /2009 18:10

Nous avons habité deux ans à Montréal, et nous y avons vu deux fois la fête d'Halloween.
C'est une fête pleine de charme, car elle fait partie des traditions. Plusieurs semaines avant, les montréalais décorent leurs maison avec toutes sortes de créatures. En cette saison de chute des feuilles, des sacs originaux font leur apparition: ce sont des sacs poubelles qui une fois remplis de feuilles mortes prennent des formes de fantômes, citrouilles ou araignées. Les habitants les laissent dans leur jardin pour la déco.
Partout on voit des citrouilles, les devantures des magasins d'alimentation sont remplis de cucurbitacées de toutes formes et de toutes tailles.
Le soir d'Halloween, on pose devant sa porte une citrouille vide et éclairée pour indiquer aux enfants qu'ils peuvent venir demander des bonbons.
Là où je travaillais, certains collègues venaient déguisés et apportaient aussi des friandises.

Cette fête n'a pas du tout ce charme en France, elle n'est pas ancrée dans les traditions. Depuis 15 jours déjà, on trouve les décorations et les chocolats de Noël dans les magasins, preuve qu'Halloween passe bien inaperçu ici.

Mais lundi, la crèche de Baptiste a tout de même organisé un goûter pour Halloween, et les parents ont été mis à contribution. J'ai donc proposer de préparer quelque chose pour l'occasion. Mais impossible d'apporter un gâteau très décoré, en forme d'araignée par exemple: il n'aurait pas été facilement transportable.
J'ai donc testé des sablés au citron, avec glaçage au citron et décor toile d'araignée réalisé au chocolat.
Apparemment les petits ont beaucoup aimé, et les puéricultrices de la crèche ont beaucoup aimé l'idée!

Je ne sais pas pourquoi, j'ai l'impression que mes idées et ma passion pour la cuisine vont de nouveau être mis à contribution pour Noël!


Sablés d'Halloween
Pour 20 sablés
   125 g de farine + 50 pour étaler la pâte
   90 g de beurre mou
   40 g de sucre en poudre
   2 jaunes d'oeufs
   1 citron non traité
   100g de sucre glace
   20g de chocolat noir

Prélevez le zeste du citron et hachez-le finement. (J'utilise une râpe Microplane hyper utile pour prélever des zestes très fins)
Mettez la farine dans un saladier. Faites un puits, ajoutez le beurre, le sucre, les jaunes d'œufs, le zeste de citron et mélangez le tout du bout des doigts pour obtenir une pâte.
Laissez-la reposer 2 heures au réfrigérateur.


Sortez la pâte, farinez un plan de travail, et étalez la pâte sur 2 à 3mm d'épaisseur.
Formez les sablés à l'aide d'un emporte-pièces rond (ou un verre).
Préchauffez le four à 180°C. Déposez les sablés sur la plaque du four recouverte de papier sulfurisé.
Faites-les cuire 12 minutes.

Laissez refroidir les sablés.

 

Mélangez le sucre glace avec quelques gouttes de jus de citron, afin d'obtenir une consistance un peu épaisse mais qui peut s'étaler facilement.

Etaler ce glaçage en couche fine sur chaque sablé et laissez-le durcir.

 

Faites fondre le chocolat noir au bain-marie.

A l'aide d'un cure-dent, réaliser les décors en toile d'araignée sur chacun des sablés.

Laissez le chocolat durcir et conservez les sablés dans une boite hermétique au réfrigérateur.

Repost 0
Published by encuisinectout - dans Les desserts
commenter cet article
5 novembre 2009 4 05 /11 /novembre /2009 08:00

Le koulibiac, c'est la première recette postée sur mon blog, il y a maintenant un peu plus de 2 ans. C'est une de mes recettes fêtiches, qui plait énormément. Si je veux "épater" des amis ou faire plaisir à d'autres, je leur prépare un koulibiac, et nous nous régalons.
J'avais adapté cette recette russe à partir d'une recette trouvée il y a bien longtemps dans un magazine. Je ne sais plus de quel magazine provenait la recette, je ne sais plus si elle contenait réellement ces ingrédients dans ces quantités. On met parfois des épinards, ou des oeufs dans le koulibiac, mais il n'y en a pas dans le mien.

Mon koulibiac est donc assez simple, et ne contient pas énormément d'ingrédients: c'est une tourte en pâte feuilletée dont la garniture se compose de saumon, riz, oignons et champignons mélangés.
Je le sers avec de la crème liquide, mais il peut s'en passer et on peut aussi ajouter de l'aneth dans la crème.

Dimanche midi, j'en ai refait un, cela faisait bien longtemps que je n'en avais pas fait, et quel plaisir d'en remanger.
C'est pour cela que je repartage la recette et les photos ici: la recette n'a pas changé mais les photos sont un peu plus travaillées.


Koulibiac de saumon
Pour 4 à 6 personnes
    2 Pâtes feuilletées pur beurre prêtes à étaler
    400g de filets de saumon
    100g de riz
    300g de champignons de Paris
    1 bel oignon
    1 jaune d'oeuf
    4 cuillères à soupe de lait
    Huile d'olive (ou beurre)
    30cl de crème fraîche liquide
    Sel
    Poivre

Faites cuire les filets de saumon dans le lait dans une poêle antiadhésive. Quand les filets de saumon sont cuits, émiettez-les et versez-les dans un grand saladier.
Pelez et émincez l'oignon.
Lavez les champignons et émincez-les.
Faites chauffer l'huile ou le beurre dans une poêle et faites revenir l'oignon émincé sans coloration. Quand l'oignon est cuit, versez-le dans le saladier avec le saumon. Ajoutez alors les champignons dans la poêle et faite-sles cuire jusqu'à ce qu'ils aient rendu toute leur eau.
Faites cuire le riz dans de l'eau bouillante salée, selon les indications de cuisson du paquet.
Ajoutez les champignons et le riz cuits dans le saladier et mélangez bien. Salez si nécessaire, poivrez et laissez refroidir.

Préchauffez le four à 180°C

Déroulez la première pâte feuilletée et déposez-la avec sa feuille de papier sulfurisé sur une plaque de four..
Versez le mélange au saumon refroidi au centre de la pâte feuilletée et centrez-le bien pour laisser un espace de 5 à 10 cm  depuis le bord. Recouvrez le tout avec la seconde pâte feuilletée et découpez le surplus à l'aide de ciseaux afin que seule la préparation au saumon soit couverte par la pâte. Conservez les découpes.
Humectez à l'eau les bords de la pâte inférieure, et remontez-les en les faisant bien adhérer à la pâte supérieure pour refermer le Koulibiac. Décorez le dessus avec les découpes de pâte, et badigeonnez de jaune d'oeuf délayé dans une cuillère à café d'eau froide.

Faites cuire 25 à 30 minutes à 180°C.

Juste avant de servir, chauffez la crème liquide avec un peu d'aneth selon votre goût.

Servez très chaud, avec la crème à part.
Repost 0
Published by encuisinectout - dans Le poisson
commenter cet article
4 novembre 2009 3 04 /11 /novembre /2009 09:23

Les cèpes, nous en mangeons rarement.
Ce n'est pas une habitude pour nous d'aller aux champignons, je ne m'y connais pas vraiment. Et vu le prix sur les marchés, cela fait partie des choses rares.
Béatrice m'en apporte de temps en temps du Périgord, déjà cuisinés et en bocal. Ils sont excellents.
Cette fois-ci, ce sont des frais que nous avons eus par Guillaume, qui est allé les cueillir la semaine dernière. Il est arrivé samedi avec 4kg de cèpes, et nous en avons emporté quelques uns.


Dimanche matin, je me suis mise au travail, nettoyage sans utiliser d'eau, cuisson, et préparation.
Nos cèpes ont fini en partie en risotto dimanche soir, et pour l'autre moitié, j'en ai fait un velouté. Le velouté est maintenant au congélateur, nous le mangerons dans 3 semaines, pour l'anniversaire de Papinou, qui n'a pas pu monter le weekend dernier car il travaillait, mais qui adore les cèpes. Donc c'est pour lui (et aussi pour nous, quand même) que j'ai préparé ce velouté, et nous l'attendrons pour le déguster ensemble le 21 novembre.


Velouté de cèpes
Pour 4 personnes
   600g de cèpes
   2 échalotes
   1 cube de bouillon de poule
   20cl de crème liquide
   20g de beurre

Nettoyez les cèpes: ne les lavez pas, mais coupez le pied, ôtez la terre à l'aide d'un couteau et essuyez-les avec un morceau de tissus propre, ou d'essuie-tout. Coupez-les en morceaux.
Pelez et émincez les échalotes finement.
Faites fondre le beurre dans une cocotte, et ajoutez les échalotes émincées. Faites-les revenir sans coloration, puis ajoutez les cèpes coupés. Faites revenir pendant environ 5 minutes en remuant régulièrement, sans coloration.
Versez la crème, ajoutez de l'eau pour couvrir les champignons et le cube de bouillon de poule.
Laissez mijoter à feu doux pendant 20 minutes.
Mixez au blender très finement, en ajoutant un peu de crème ou d'eau pour obtenir la consistance voulue.
Réchauffez sur feu très doux si besoin et servez.
Repost 0
Published by encuisinectout - dans Soupes
commenter cet article
3 novembre 2009 2 03 /11 /novembre /2009 12:13


Dimanche soir, mon mari s'est lancé en cuisine, pour ses collègues de travail.
Avec la machine à pain, il a fait une bien belle brioche aux pralines roses.
Il a emporté la grosse brioche au travail lundi matin et a laissé une petite à la maison, pour les enfants.
Cette belle brioche mérite sa place sur le blog, donc même si pour une fois, ce n'est pas moi qui l'ai faite, je partage la recette avec vous, car elle était excellente et très belle!



Brioche aux pralines roses
Pour une brioche d'environ 750g
   500gr de farine
   1vcuillère à café de sel
   70gr de sucre glace
   90gr de beurre
   120gr de lait
   3 œufs
   1 sachet de levure de boulanger
   200g de pralines roses concassées

Mettez les ingrédients sauf les pralines, dans la cuve de la machine à pain, selon l'ordre indiqué par le constructeur (en général ingrédients liquides au fond, farine dessus, levure en dernier). Lancez le programme pâte seule.
5 minues avant la fin du pétrissage, ajoutez les pralines concassées dans la cuve de la machine à pain et refermez le couvercle.

A la fin du cycle sortez le pâton, coupez-le en 3 parties égales, et déposez les trois morceaux côte à côte dans un moule à cake. Vous pouvez aussi partager la pâte en 12 morceaux et façonner des brioches individuelles en forme de boule que vous déposerez sur une plaque de cuisson couverte de papier sulfurisé.
Couvrez et laissez lever encore 1h.

Faites cuire 30 minutes (ou 15 minutes pour les petites brioches) à four préchauffé à 160°C. Démoulez encore chaud (les pralines risquent sinon de coller au moule)
Repost 0
Published by encuisinectout - dans Pains et brioches
commenter cet article